Mots-clefs

, , , , ,

David Treuer - Le manuscrit du Dr Apelle - Une histoire d'amour.Festival America - logo

Le manuscrit du Docteur Apelle : Une histoire d’amour / David Treuer. Traduit de l’américain par Michel Lederer. Albin Michel, 2007 (Terres d’Amérique). 385 pages.

Le docteur Apelle, spécialiste des langues anciennes, s’est pour ainsi dire retiré du monde et se consacre à l’étude. Lorsqu’il découvre parmi les rayonnages d’une bibliothèque un vieux manuscrit qui bouleverse son existence : ce conte étrange, dont il entreprend la traduction, retrace le destin de deux jeunes Indiens au début du XIXe siècle. Et, pour la première fois de sa vie, cet homme prend conscience qu’il n’a jamais connu le véritable amour…
À mi-chemin entre la quête métaphysique et la légende initiatique, David Treuer poursuit avec ce nouveau roman une oeuvre rare et ambitieuse.
Tantôt enchanteur, tantôt mystérieux, Le Manuscrit du docteur Apelle nous plonge au coeur de deux histoires : l’une nous entraîne dans les profondeurs de la forêt mythologique, l’autre nous invite à parcourir les labyrinthes de la littérature. Et à nous interroger sur la seule chose qui puisse encore surprendre l’homme : ses sentiments.

Je n’avais pas ouvert l’ouvrage et n’avais pas vu le sous-titre « Une histoire d’amour ». Et oui, ce manuscrit sur lequel travaille le Docteur Apelle est bien  une histoire d’amour, même s’il débute à la manière d’un Conte, mais il est également beaucoup plus que cela.

En effet, David Treuer est un brillant conteur qui manipule ses lecteurs en lui faisant croire qu’il va lui narrer le quotidien de ce spécialiste des langues anciennes, une vie effacée, sans relief si l’on juge au premier regard mais l’histoire et même les histoires sont dans cette aventure… En donnant vie au texte, en l’écrivant en langue anglaise c’est un nouvel élan qu’il donne à la vie de Bimaadiz et Eta, pas seulement à leur amour, mais à tout un peuple, à leurs traditions, aux odeurs et souvenirs enfouis au plus profond de lui-même. Car oui, le docteur Apelle est indien et a connu tout ce qu’il narre dans cette traduction. Le point qui lui reste à découvrir est celui de s’ouvrir à la vie, aux sentiments. Sensible, éduqué à ne pas montrer ses émotions, ce texte, les aléas de la météo, un regard et quelques mots vont lui permettre d’entr’ouvrir sa vie à Campaspe, sa collègue. Mais tout n’est pas gagné pour autant comme tout un chacun le sait.

A l’image d’un livre, la vie contient de nombreux épisodes, mais encore doit-il trouver le/les bons lecteurs, s’il ne veut pas s’endormir sur une étagère, oublié.

C’est à une véritable mise en abîme que joue David Treuer entre ce texte, les sentiments, et le quotidien du docteur Apelle. Ce manuscrit égaré qui pourrait le rester, le fait que le docteur travaille dans un lieu de conservation des ouvrages. Livres qui n’ont pas trouvé leur lecteur, qui sont là pour conserver une trace de la parole écrite et qui, selon toute vraisemblance, ne sortiront jamais de leurs étagères, de cette forteresse. A force d’interdits, d’habitudes, cet homme, à l’image des livres, aurait pu ne jamais trouver l’amour.

Si parfois l’ouvrage peut vous sembler bavard, si vous ne comprenez pas tout à fait où l’auteur veut vous entraîner, persévérer, donner lui une chance…

Publicités