Mots-clefs

, , , , ,

Les héritiers de la mine  - Jocelyne Saucier

Les héritiers de la mine / Jocelyne Saucier. France Loisirs, 2016.215 pages

Dans une région lointaine et sauvage du Québec, la famille Cardinal règne sur le petit village minier de Norco depuis que le père y a découvert un filon de zinc. Les 21 enfants, presque livrés à eux-mêmes, grandissent heureux, chacun trouvant sa place comme il peut. Et tant pis s’il n’y a pas assez de lits pour tout le monde !
Et puis la mine ferme, les enfants grandissent et s’éloignent… Lorsqu’ils se retrouvent à l’occasion de la remise d’une décoration à leur père, certains ne se sont pas vus depuis des décennies. Mais un seul regard suffit : personne n’a oublié le secret tragique qu’ils ont enfoui pour préserver la famille. Sept d’entre eux déroulent le fil de leurs souvenirs. La culpabilité cèdera-t-elle la place à la vérité ?

7 voix pour raconter des souvenirs d’enfance, d’une vie idéale aux yeux du dernier né qui, nous allons le découvrir très vite, ne les a vécu qu’à travers les histoires de ses ainés. Une vie de pauvreté mais de richesse familiale, d’unité que LeFion continue d’idéaliser, de vouloir revivre alors que tous les enfants se sont dispersés. Du plus jeune au plus âgé, différents protagonistes nous racontent cette enfance, les joies et les petites souffrances de cette existence. Quant à la peine ultime que chacun tait, elle nous est amenée par petites touches en parallèle de la narration de cette existence où chacun cherche à se faire un surnom. Car lorsque vous êtes 21, il faut vous différencier, essayer volontairement ou non de vous montrer, de drainer l’énergie des uns et des autres. A force de vouloir se faire une place, certains vont y laisser une partie de leur âme, de leur sensibilité. Mais trop jeunes pour s’en rendre compte, la fuite a été leur seule perspective.

En s’éloignant, en se taisant, chacun essaie de masquer ses regrets et sa culpabilité, mais cette réunion familiale est le grain de sable ou le moment que tout un chacun attendait pour se retrouver, pour étancher sa peine. Volontairement ou pas, la chute viendra d’où personne ne l’attendait.

Chant d’amour de la famille, des parents ce roman a beaucoup de qualité. Il est difficile dans les trois premiers chapitres de comprendre le rythme adopté par l’auteur car ces voix nous ne les connaissons pas, nous avons peu d’éléments sur elles et sur leur histoire. Au fil des pages, les joies et les peines prennent forme, une partie de la vie de la famille Cardinal, originale et pleine de vie, aux personnalités si distinctes et pourtant si dépendantes les unes des autres dans ce petit village minier. 30 ans après cette journée de juillet, les choses seront dites.

 

Publicités