Mots-clefs

, ,

Afficher l'image d'origine

Crimes horticoles / Mélanie Vincelette. Robert Laffont, 2006. 186 pages

Emile est une adolescente de douze ans habitant un motel désaffecté de La Conception, petite ville du nord du Québec où s’est réfugiée une population bigarrée et au passé souvent obscur. Délaissée par son père, cultivateur de pavot, comme par sa mère, astrologue enceinte, Emile rêve d’exotisme aux côtés de son tuteur Liam et de son amie intime Nila. L’arrivée du nouveau vicaire, âgé de vingt-sept ans, bouleverse alors son quotidien.

Voici déjà quelques semaines que j’ai lu ce court roman et, … j’avais repoussé l’écriture du billet car je m’interrogeais encore sur son contenu. Oups ! Aujourd’hui je me rends compte qu’il ne me reste que peu de chose de cette lecture qui ne m’a pas vraiment emballée, les idées se juxtaposant un peu trop à mon goût sans que le lien soit réellement identifiable. D’un autre côté je sais également que cette lecture ne m’a pas dérangée et qu’elle s’est faite de manière linéaire. Il est certain qu’avec cet avis de Normande, je suis certaine de susciter votre enthousiasme et une irrépressible envie de lecture.

Vous l’aurez compris ce n’est pas un coup de coeur mais un agréable moment de lecture, agrémentée de folies douces dans les personnages, et de situations parfois plus tragiques. Le personnage principal d’Emile n’est pas particulièrement attachante mais on la suit dans son existence, dans la découverte de ses émois amoureux comme dans ses amitiés et sa solitude. Ses parents, ses amis, l’ensemble du village semble vivre dans un monde parallèle, à l’image de ce bar où les effeuilleuses sont réputées et dont les néons attirent les visiteurs aussi sûrement que les insectes qui viennent s’écraser sur les phares. Entre deux mondes, entre deux chemins, de la même manière Emile, fille au prénom de garçon, est à l’aube de ses choix de vie : amoureux, existentiels, comédie-tragédie. Un enchevêtrement dont j’ai eu du mal à démêler les fils, comme je vous le disais.

Kikine en avait parlé au cours d’un mois Québécois (en 2012)

Publicités