Après les billets enchantés de Fashion et Tamara, voici donc mon avis sur :
Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates / Mary Ann Shaffer et Annie Barrows. Traduit de l’anglais par Aline Azoulay-Pacvon. Avant-première France Loisirs avec l’autorisation des Editions Robert Laffont, 2008. 387 pages.

Janvier 1946 : tandis que Londres se relève péniblement des drames de la guerre, Juliet se demande quel va bien pouvoir être le sujet de son prochain roman. Lorsqu’elle reçoit une lettre d’un habitant de Guernesey lui parlant d’un cercle littéraire et de tourtes aux pelures de pommes de terre, sa curiosité est piquée…
Au fil des lettres qu’elle échange avec les habitants -aussi fantasques qu’attachants – de Guernesey, Juliet découvre l’histoire d’une petite communauté sans pareille sous l’Occupation et le destin héroïque et bouleversant d’Elizabeth, une femme d’exception…

Quoi vous n’avez pas encore lu ce roman ? Mais qu’attendez-vous ?? Pas d’être pollué par les billets qui vont continuer à se succéder sur la toile pour en faire un portrait positif ? (Une évidence à mes yeux, mais bon si ce roman s’avère ne pas être votre style, tant pis pour vous).
Je suis sortie absolument ravie de cette lecture. Après un début que je juge à présent un peu poussif, l’arrivée des lettres des habitants de Guenersey m’a fait poursuivre ma lecture à vitesse grand V. Comment résister à un club de lecture intitulé : « Le Cercle des amateurs de littérature et de tourte aux épluchures de patates de Guernesey » (né à cause d’un cochon rôti) ; évidemment comme Juliet, héroïne de ce roman, ma curiosité  fut titillée. Je vous préviens vous n’êtes pas avec Oui-Oui et même si vous allez rire, vous rendre dans une île qui m’attire de plus en plus (cela fait plus de 5 ans que je dois m’y rendre dans ces îles anglo-normandes…), cette lecture m’a également sérieusement nettoyée les yeux. Sur un mode drôle, grâce à une femme d’apparence fantasque de prime abord, vu l’époque et les convenances, le rappel de l’Histoire et des événements s’immiscent dans le présent des habitants de Guernesey et de leur nouvelle amie : Juliet. En cette année 1946 la Guerre est terminée mais nous oublions facilement que le rationnement perdurait. La vie tente de reprendre ses droits, on découvre partout (lorsque l’on accepte d’ouvrir les yeux et les oreilles) ce qui s’est passé durant ces années. Mary Ann Shaffer et Annie Barrows mêlent habilement les faits « historiques » à cette histoire, jouant avec des personnages parfois hilarants, figures populaires telle Isola, nous parlent de l’attachement de chaque membre à un auteur ou à un ouvrage afin de détendre la tension qui parfois domine les pages, et afin de nous donner un portrait croisé d’Elizabeth, l’absente… Les sentiments confus se succèdent au fil des pages mais j’ai réellement pris un grand plaisir à cette lecture.
Le temps passe au fil des échanges, la vie, le sourire renait, la confiance s’instaure, les barrières disparaissent…  Vous vous attachez aux personnages tout comme à cette île !
Un seul chemin : la lecture. C’est grâce à elle que tout a commencé et ses bienfaits ont permis à tous de vivre ou survivre.

Les avis de : Karine 🙂,

Publicités