Mots-clefs

, ,

Liane Moriarty - Petits secrets, grands mensonges.

Petits secrets, grands mensonges / Liane Moriarty. Traduit de l’anglais (Australie) par Béatrice Taupeau. Albin Michel, 2016. 473 pages

Meurtre ou tragique accident ? À la fête de l’école, quelqu’un a trouvé la mort. Mais qui est vraiment responsable du drame ?
Trois femmes à la croisée des chemins, des ex-maris et leurs nouvelles épouses, des familles recomposées (ou décomposées), qui cachent tous ces redoutables petits mensonges que l’on se raconte à soi-même pour continuer de vivre… Après Le Secret du mari, best-seller international, Liane Moriarty nous plonge une fois encore dans l’univers clos de ces quartiers résidentiels qui dissimulent derrière leurs jolies façades d’inavouables secrets. Avec elle, le sourire n’est jamais loin des larmes.

D’une construction originale, ce roman s’articule autour d’un « compte à rebours »: le point stratégique étant la mort de quelqu’un à la fête de l’école (a priori un parent d’élève, mais qui est-il ?). Chaque chapitre découpant le temps est entrecoupé de commérages et de questionnements. Tout tourne autour de ce drame et de ce que chacun a vu ou cru voir, des petites querelles entre ces différents parents, jalousies, mesquineries ou problèmes d’ex. Tous semblent avoir une bête noire et l’alcool aidant aurait bien pu passer à l’acte.  Pour comprendre ce qui s’est passé chacun y va de sa méthode, de ses déductions. Pour ma part, je n’avais pas envisagé ni cette personne, ni ce coupable, même si la grande révélation qui va aider à tout faire bousculer vers ce drame fut rapidement une évidence pour moi.

Ce « petit jeu » permet à Liane Moriarty de nous faire découvrir bon nombre de personnages clés de cette école dans un quartier résidentiel somme toute assez sélect. Les petits travers de ce micro univers nous sont dévoilés mais également des éléments plus sombres de ces familles bien proprettes sur elles. Violence domestique, jalousie, tromperie, problèmes d’ado ou de travail, d’argent, d’un extrême à l’autre les secrets s’empilent et seront à l’origine du drame qui va conclure ce roman. Si de prime abord je me suis prise au jeu, cette répétition de « on dit » etc, si véridique, a fini par m’énerver un tantinet et j’avais hâte d’arriver à cette soirée fatidique. Là où Liane Moriarty m’a épatée c’est qu’elle ne se contente pas de vous donner la clé, mais qu’elle dénoue les fils qu’elle avait construit et plus particulièrement celui qui tourne autour des violences conjugales. Comment se reconstruire soi-même mais également ses enfants, car si petits soient-ils les enfants voient et entendent tout. Même s’il s’agit d’une forme romancée, j’ai trouvé le sujet habilement montré, même chose concernant le harcèlement des enfants, quel que soit leur âge. L’auteur souligne que les adultes en voulant bien faire, en croyant connaître leurs enfants peuvent faire bien des erreurs.

Jules vous en parle ici,

Publicités