Mots-clefs

, , , ,

Le testament des abeilles / Natacha Calestreme. Albin Michel, 2011. 343 pages

Brusquement pris de démence, un homme sans histoire massacre sa famille avant de se suicider ; les habitants d’un petit immeuble du XIIIe sont décimés par un mal inexplicable… En quelques jours, une véritable hécatombe s’est abattue sur Paris et 26 adultes et 15 enfants ont trouvé la mort. Aucun lien apparent entre ces drames, sauf peut-être le dessin d’une fleur de lotus (symbole de pureté), retrouvé chaque fois à proximité des lieux.
Secte, terrorisme, sadique, rien ne semble coller… jusqu’à ce que le major Yoann Clivel découvre un texte prophétique, écrit quatre ans plus tôt par un certain « Moine aux abeilles » et annonçant l’arrivée d’un élu : « L’année 1 du deuxième millénaire, l’enfant éclairé de réponses croisera l’ombre, en une folie meurtrière… ». Ce « testament » énigmatique servirait-il de fil conducteur à un hypothétique assassin ?

En lisant « Le voile des apparences« , j’ai découvert que l’auteur avait déjà écrit un 1er roman avec les mêmes personnages et s’intéressant aux abeilles. Intriguée, je suis allée découvrir ce volume. J’avoue qu’ayant des éléments de réponse liés au devenir du major Yoann Clivel, je suis moins tombée sous le charme en termes humains (en clair, si vous n’avez pas encore lu Natacha Calestreme, peut-être faut-il mieux commencer dans l’ordre, même si chaque histoire est indépendante). Dommage car l’histoire est contemporaine et nous parle : OGM, abeilles, secte improbable, utilisation d’internet et meurtres incompréhensibles. Tous les éléments sont là pour faire de ce roman un bon polar, même si j’ai craint quelques minutes un profond délirium à l’évocation d’un groupuscule, mais tout est logique, s’explique.

L’intérêt de ce roman est certainement de parler de faits se déroulant non pas dans une ville inconnue, mais près de moi, à Paris et cela change beaucoup de choses. L’auteur met les mots sur le comportement de notre police, les guerres internes entre PJ et Crime, les moyens distincts, l’intérêt des uns et des autres pour une promotion, ou une reconnaissance. Elle décrit clairement chaque scène et nous la restitue quasi filmée. Elle mène enquête et personnages de main de maître nous les présentant en les rendant attachants, proches de nous par leurs défauts et leurs caractères ; du coup, le lecteur s’attache à eux et avides de connaître ce qui va advenir d’eux. Je suis déjà prête pour lire la suite.

A lire / à découvrir, si cela n’est pas encore fait.

Publicités