Étiquettes

, , ,

Une place à prendre / J-K. Rowling. Traduit de l’anglais par Pierre Demarty. Grasset, 2012. 680 pages

Bienvenue à Pagford, petite bourgade en apparence idyllique. Un notable meurt. Sa place est à prendre… Comédie de moeurs, tragédie teintée d’humour noir, satire féroce de nos hypocrisies sociales et intimes, ce premier roman pour adultes révèle sous un jour inattendu un écrivain prodige.

Je poursuis dans les ouvrages récents et dont personne ne parle 🙂 Ne cherchez pas la féérie ou le gentil orphelin binoclard, J-K Rowling a opté pour un roman à l’opposé de sa fresque Harry Potter. Ici tout n’est que ragots, médisances et vie quotidienne. Dire qu’il s’agit d’une comédie de moeurs serait un raccourci facile, mais il est vrai que la population étudiée est parfois proche de la caricature, mais néanmoins tellement réelle. J’ai longtemps habité dans un minuscule village (bien moins imposant que celui-ci), sans ses atouts historiques, mais je dois avouer que la curiosité des voisins et leur joie à commenter faits et gestes des uns et des autres restent un souvenir encore bien vivace dans mon esprit.

Au fil des pages, nous allons découvrir que, sous les jolies façades, les sourires et les engagements dans la vie de Pagford, tout n’est vraiment qu’apparence. L’intérêt du roman est qu’il suit différents habitants de ce village (j’ai cru me perdre dans les premières pages), de condition sociale différente, d’âges différents. S’y ajoute quelques non pagfordien et, au suprême horreur pour certains, des habitants de la ville voisine mais dont le terrain jouxte et dépend de la commune, notamment le centre de désintoxication. « Les Champs », nom de ce quartier défavorisé où est né Barry, le conseiller paroissial , qui décède dans les premières pages, et dont la place est désormais vacante. Né dans ce quartier et ayant réussi à s’en sortir, doué pour voir le meilleur dans les personnes laissées sur le bas-côté, il se battait contre le conseiller (/maire) de Pagford : Howard Mollison. Le décès de Barry et sa place vacante va permettre de lever le voile sur bon nombre de travers de conseillers actifs ou potentiels. Les faits s’enchaînent dans la continuité du roman, alors que l’on apprend toujours davantage sur les personnages, leurs travers et leurs petits secrets. Les adolescents figurent en bonne place dans ce roman, car ils font être parfois les éléments déclencheurs de la suite des péripéties.

Parfois drôle, cruel dans la réalité des faits, notamment dans le quotidien de Krystal ou dans l’histoire de sa mère, on voit également les couples à différents âges prêts à se défaire ou à revenir sur des rancoeurs passés. Aucun des personnages n’est un ange, chacun a ses travers et Barry, le bien aimé, voit lui-aussi, son auréole mise à mal.

Un très bon cru. Je suis d’autant plus ravie que je n’attendais rien de particulier de cet ouvrage.