Mots-clefs

, ,

Le sculpteur / Scott McCloud. Traduction de Fanny Soudiran. Rue de Sèvres, 2015. 486 pages.

En mal d’inspiration, David Smith, jeune sculpteur torturé se voit proposer un pacte qui lui permettra de réaliser son rêve d’enfance : sculpter ce qu’il souhaite à mains nues. Mais rien n’est éternel et tout a un prix. En échange de sa vie, il aura deux cents jours pour créer son OEuvre. Et il va le payer encore plus cher : au lancement du compte à rebours, il rencontre le grand amour… De quoi ébranler toutes ses certitudes.
Une interprétation moderne, implacable et poétique du mythe de Faust.

Je suis une nouvelle fois ravie de ne pas avoir fait le tour des blogs qui ont déjà parlé de cet ouvrage, ainsi j’ai pu, sur un coup de tête, prendre ce pavé et le déguster. Le 1er soir, cela ne me disait pas grand-chose, je l’ai feuilleté sans trop y croire – la fatigue étant mauvaise alliée, je l’ai reposé.  Mais 2 jours plus tard, au calme et reposée, je me suis plongée dans cet énorme roman graphique.

Car oui, il est épais, oui il est en noir et blanc (enfin plutôt bleu et blanc), oui il reprend le mythe de Faust, mais il n’y a pas que cela. C’est un superbe ouvrage sur bien des thèmes : la famille, l’impact qu’elle a sur notre construction, l’amour, sa quête comme celle de la reconnaissance, le besoin pour bon nombre de laisser quelque chose à la postérité ; pour certains cela se traduit uniquement pas la descendance, pour d’autres comme pour notre héros, David Smith (nom commun pour un presque monsieur tout le monde), c’est le besoin d’être reconnu en tant que sculpteur. Promis à une brillante carrière, David a lui-même donné un frein à son futur : trop impulsif, volontairement extrémiste, en porte à faux avec l’intelligentsia ou se refusant à se plier aux dictats de la société, plusieurs pistes nous sont données, mais le résultat est le même, il n’a plus rien et ne sait plus comment construire cette carrière et créer les oeuvres qui le hantent depuis son enfance.

En signant ce pacte de création, il se lie à quelques mois d’existence, ne pouvant imaginer que ces jours seront parmi les plus intenses de sa vie, tant d’un point de vue créatif, qu’émotionnel. Tout, il pense avoir pensé à tout et se lance à corps perdu dans cette course contre la montre que, comme lui, nous savons perdu d’avance. L’amour s’en mêle, au même titre qu’une certaine forme de folie. Une fièvre intense de création, de vivre sans limite avec la femme de sa vie. Au fil des pages, nous apprenons également son passé, ses parents, sa soeur, les tourments qu’il a enduré, le rendant plus attachant aux yeux des lecteurs, particulièrement quand son histoire donne vie à ses sculptures. La dernière sera une des plus belles, sans doute la plus émouvante, laissant derrière lui les traces de bonheur auquel il a aspiré dans les derniers jours.

Les blogs en parlent : Karine:), Stephie, Leiloona, et d’autres…

Publicités