Jeudi matin, quai d’Orsay, je croise une femme lisant en marchant ? /  tenant fermement un livre semi ouvert. Facile à reconnaître cette couverture, c’est « La couleur des sentiments« . Je souris. Elle vient de le commencer, son marque page est dans le premier quart de l’ouvrage.

 

Ce matin, même femme, toujours le même roman, mais cette fois il ne lui reste plus qu’un quart de l’ouvrage vu où se situe son marque page 🙂


 

A partir de là j’échafaude bon nombres d’hypothèses :

– Elle a adoré le bouquin et ne le lâche plus.

– Peut -être est-elle simplement une lectrice rapide.

– Pffft, l’adaptation cinématographique va sortir mercredi et elle veut l’avoir lu avant de le voir au ciné.

Je vous passe mes autres supputations 🙂), mais en attendant je me disais que lorsque je vois le nombre de personnes qui lisent dans le métro, la foule chez Gibert et ailleurs, j’ai toujours un peu de mal à comprendre et entendre que les français ne lisent plus. Bien entendu le débat est de style marronier et les études ont démontré que catégorie socio-professionnelle et âge comptaient pour beaucoup, mais encore une fois que m’importe qu’on lise un roman, une BD ou simplement un gratuit dans le métro, l’important est de prendre plaisir à ce que l’on est en train de lire.

 

Débat éternel mais j’avais surtout envie de vous raconter cette « rencontre ».

[A présent que j’ai récupéré un ordinateur qui fonctionne, il ne me reste plus qu’à vous taper quelques billets ;0) ]

Publicités