https://i0.wp.com/www.decitre.fr/gi/26/9782070396726FS.gifGradisil / Adam Roberts. Traduit de l’anglais par Elisabeth Vonarburg. Folio 2010 (SF). 769 pages. 1*

Klara et son père, Miklos Gyeroffy, font partie des rares chanceux capables de se placer sur orbite par leurs propres moyens.
Là-haut, un nouvel espace de liberté s’offre à eux, un vaste territoire vierge de toute règle : les Hautes-Landes. Mais, outre les riches excentriques, cette nouvelle frontière attire aussi de dangereux criminels, bienheureux de pouvoir échapper aux poursuites des autorités terriennes. C’est, sur trois générations, l’histoire de cette nation naissante qui nous est contée, une histoire inextricablement liée à celle de la famille Gyeroffy.

 

Je me suis ennuyée comme un rat mort à la lecture de ce roman qui, à mes yeux n’a tenu aucune de ses promesses. Pourquoi avoir poursuivi ma lecture sur plus de 700 pages me direz-vous ? Car jusqu’à la fin j’attendais un nouvel élan à cet ouvrage qui m’ a juste, un tantinet intéressé dans la partie centrale.

Quelques unes des raisons de ce désamour.

J’ai l’impression que par ce roman l’auteur a voulu trop en faire et en donner sans jamais parvenir à intégrer son lecteur à sa suite. Création d’une nation dans l’espace, même si d’autres auteurs l’ont déjà fait pourquoi pas ! Mais les disgressions à outrance aéronautiques m’ont rapidement épuisé. Ajouter une pincée de drame familiale, de spiritualisme saupoudrée ici et là, et même d’une réflexion sur l’âme, la mort et Dieu dans les dernières pages. Stop !!! Je n’avais qu’une hâte que tout cela cesse car aucun des personnages de cette Histoire familiale ne m’a un tantinet semblé attachant. Les femmes sont en général charismatiques et les hommes de bien piètres images de l’humanité.

A cela s’ajoute le sentiment de quelques hésitations de traductions (la traductrice s’est-elle autant ennuyée que moi ? ) et voilà un ouvrage sur lequel je ne souhaite pas m’étendre davantage.

 

Un avis qui montre son ennuie, mais  voit les qualités de l’ouvrage.

Xiane, pas convaincue à qui je dois la lecture de cet ouvrage ;-D

Publicités