Du 25 Novembre 2009 au 30 Novembre 2009 s’est tenu le 25ème Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil.
(
Halle des expositions Paris Est Montreuil, 128, rue de Paris).
C’était la première fois que je m’y rendais et ce fut une très agréable découverte. Profitant d’une journée de repos j’y ai retrouvé Chiffonnette beaucoup plus sérieuse que moi, écoutant et prenant des notes à la conférence donnée par Anthony Browne & qui n’a pas craqué une seule fois dans cet antre.
Pour ma part, je dois avouer être restée très raisonnable. Jugez par vous-même :


* Le petit théâtre d’ombres : Le chat botté / Dessins de Volker Theinhardt. Gallimard jeunesse Giboulées, 2009

Installe ton petit théâtre et dispose les figurines et les décors.
Eteins la lumière, et grâce à ta lampe, tu vas projeter les ombres et ainsi jouer ta pièce de théâtre devant un public émerveillé ! (Le texte d’accompagnement est compris)
Ce « livre » était une commande mystère résolue avec la complicité de Chif’
Enigme serait plus appropriée, car j’ignorais le titre, l’éditeur ; je savais juste qu’il y avait une lampe de poche, qu’il était question d’ombres chinoises et que la collection était batie sur des contes ; vu les renseignements j’en déduisais que la maison d’éditions devait être importante mais les indices étaient minces 🙂


* Akiko la rêveuse : petit conte zen / Antoine Guilloppé. Picquier jeunesse, 2006. 24 pages
. 5 *
Après Akiko la curieuse, voici une nouvelle histoire où la petite Japonaise part à la rencontre d’un rêve si vrai qu’elle veut le rejoindre dans le monde réel. Au bord d’un lac, elle trouvera sa grand-mère, venue la saluer une dernière fois. C’est alors qu’un tourbillon de feuilles vole autour d’elle. Akiko est au printemps de sa vie et l’automne arrive.
Un récit troublant où le temps du rêve pénètre la vie pour évoquer la présence aimante en nous de ceux qui s’en vont pour toujours.
Ecrit et illustré par Antoine Guillopé en traits déliés à l’encre rehaussés de délicats papiers japonais.
Vous pouvez feuilleter ce livre ici.
Avec beaucoup de finesse, l’auteur aborde la dernière rencontre d’Akiko avec sa grand mère. Si l’héroïne est au printemps de sa vie, pour sa grand-mère l’automne est arrivée. Rien n’est réellement triste dans cette histoire, puisque tout part d’un rêve et qu’il nous permet de suivre Akiko à son réveil, de croiser son quotidien, les animaux de son univers jusqu’à ce que le vent emporte son rêve et referme l’ouvrage. Avant cela sa grand-mère aura eu le temps de lui transmettre son amour et sa présence.

Ce livre dédicacé va partir dans quelques jours vers une petite demoiselle ;-D

Un clic et hop, une photo en plus grand (oui, j’ai enfin regardé comment faire :s)

* Mon plan de destruction des pouvoirs de mon petit frère / Mélanie Lafrenière. Plon Jeunesse, 2008. 205 pages
Appelez-moi Gigi ou bien Anségisèle Von Wienenberg, à vous de voir.
Je suis une sorcière ! Dans ma famille, depuis le Moyen-Age, les femmes ont toujours été des sorcières. Mais aucun homme sorcier. Jamais ! ! ! Et nooonnn ! Je ne peux pas le croire ! C’est impossible ! Je viens d’apprendre une chose horrible. Ma catastrophe personnelle. Mon petit frère Alaric en est un ! Mais j’ai un plan, un plan pour détruire ses pouvoirs. Voyons d’abord le plan A…(Ah oui ! Ce livre est destiné aux filles qui en ont marre de leur petit frère, et les autres filles aussi, solidarité féminine oblige !)
Bah, il me fallait bien un grand format lol

* Les bêtes qui pincent, qui pissent, qui percent à la campagne / Sophie Fauvette. Illustrations de Benoît Perroud et Lucie Rioland. Gulf Steam Editeur, 2009 (Dame nature). 83 pages. 5*
Une fourmi qui asperge ses ennemies ou ses proies et sème la peur au fond des bois.
Ca n’existe pas ? Et pourquoi pas ? Quand tu te promènes à la campagne, ne te fies pas aux apparences ! La jolie coccinelle te fait de l’oeil ? Garde-toi bien de l’embêter ou tu pourrais être tâché ! Aux détours de nos chemins se cachent des animaux surprenants : ils vomissent, pincent, mordent ou bavent… Aventure garantie pour tous les curieux !

J’ai une nouvelle fois craqué pour cette collection, et je dois avouer que je ne le regrette absolument pas (ici et ).
La formule est pour moi déjà un classique puique les auteur et illustrateurs nous proposent de partir à la rencontre d’animaux, insectes de notre quotidien (plus campagne que ville, mais bon nombre sont familiers de toutes les têtes blondes).
Jouant sur les adjectifs qui plaisent aux enfants :), ces bêtes sont classées par catégorie de défense :
– Les bêtes qui percent, – Les bêtes qui empestent, – Les bêtes qui vampirisent, – Les bêtes qui pincent, – Les bêtes qui mordent, – Les bêtes qui pissent aspergent, – Les bêtes qui bavent ou suitent, – Les bêtes qui vomissent.

De quoi les faire ricaner et les inviter à une lecture toujours illustrée de manière conventionnelle sur la page de gauche et beaucoup plus humoristique sur celle de droite. Au classique « Pourquoi fait-elle ça ?« , une rubrique « Utilisation » -au sens large car il peut s’agir de l’aide que ces animaux nous apportent au sens médical comme pratique – compléter par « Le saviez-vous ?« . Voilà qui devrait répondre aux questions les plus diverses des petits comme des grands, leur permettrent de découvrir l’utilité de certains animaux ou ce qu’ils ont inspiré à l’homme pour la vie quotidienne.
La notion écologique est au détour de certains textes mais non pesante.
J’ai pour ma part découvert que le furet était la forme domestique du putois ou que des bousiers furent importés en Australie à la fin du XVIIIème siècle, afin de recycler « les excréments des vaches et des chevaux amenés sur cette terre, car aucun insecte local ne savait les dégrader » . Rien ne vaut les livres destinés aux enfants pour apprendre en prenant du bon temps !

Publicités