Un peu poussif dans les cotes, si vous me permettez ce vilain jeu de mots :s
Humour un peu facile puisque ce polar a pour cadre une petite bourgade qui se dévoue à la fée sportive ; non pas à sa sainteté le foot (comment cela vous sentez une pointe d’ironie dans mon propos ?) mais à la petite reine.
De prime abord ce livre avait tout pour me plaire et c’est pourquoi, en dépit des remarques (justifiées je le confirme aujourd’hui) de Yohan, je l’ai délesté de cet ouvrage qui l’encombrait. Polar, monde du vélo, fonds de dopage propre à notre monde moderne, j’étais plus que tentée 🙂
Mais…
Jamais je ne suis parvenue à éprouver un quelconque intérêt pour les personnages de J-F Fournel. J’ai trouvé l’action trop lente à mon goût, un endormissement propre sans doute à évoquer, aux yeux de l’auteur, la vie de ce petit (?) village. Comment un aussi obscur village peut-il alors posséder autant de forces de police, au moins 2 médecins, etc… ?
Les renvois incessants aux épisodes (= livres) qui se sont déroulés dans cette bourgade avec les mêmes protagonistes étaient tout aussi lancinants. J’ai bien compris qu’il existe d’autres ouvrages du même auteur, même collection, même etc… pas la peine de me le faire remarquer aussi souvent.
Bref j’ai trainé sur ce livre plusieurs jours, attendant néanmoins le dénouement afin d’essayer de comprendre mon manque d’enthousiasme, mais je l’ai refermé tout aussi désappointé.
Oui le traitement de l’enquête avec comme toile de fonds le dopage et  le fait de montrer que cela touche tout un chacun (toujours cette quête de l’heure de gloire et de l’argent, sans doute) ainsi que les conséquences directes et indirectes que cela peut avoir est intéressant, mais le ton m’a semblé manquer de tranchant, de motivation. Ce n’était qu’un prétexte à une enquête dont l’auteur ne nous laisse guère de mystère.

Désolée mais j’ai connu Le Masque plus inspiré :((

Dans la roue du tueur / Jean-François Fournel. Le Masque, 2008. 249 pages. 2,5*

Après Mortels enfantillages et Médecine dure, on retrouve la gendarmerie de Montfeurgny et son chef de brigade, Lenormant, qui se morfond dans un poste qui n’est pas à sa mesure.
Mais un militaire ne se plaint pas et ses subordonnés en savent quelque chose. Montfeurgny ronronne dans un calme apparent, mais la région va bientôt être bouleversée par des morts inexpliquées lors de courses cyclistes amateurs. Se pourrait-il que le dopage et ses excès ne concernent pas que les athlètes de haut vol ? Le club local serait-il contaminé ? Lenormant devra mener son enquête avec tact, car des intérêts politiques et économiques qui le dépassent sont en jeu…
Et lui-même pourrait bien être personnellement impliqué dans l’affaire. Au-delà du suspense de l’intrigue, une analyse documentée des dérives du sport et une peinture tendrement féroce de la vie en province aujourd’hui, loin des clichés de la littérature de terroir.

Publicités