La Légende du Changeling. Tome 1 : Le mal-venu. Tome 2 : Le croque-mitaine / Scénario de Pierre Dubois, Dessins de Xavier Fourquemin. Le Lombard, 2008, 2009. 54 pages & 56 pages
Au creux des arbres, au fond des forêts, dans chaque pierre, dans les champs et les plaines.
Partout l’esprit de la nature est vivant. La légende dit que, tous les cent ans, un jeune garçon sera enlevé à ses parents par les fées et qu’il en reviendra transformé. Il pourra désormais communiquer avec la nature et ses forces magiques. Il est dit que ce jeune garçon combattra les êtres maléfiques voués au Seigneur du Chaos. Il est dit que de son combat dépendra l’avenir des êtres de Lumière. Et c’est le soir où une étoile s’émiettant des infinis viendra au milieu d’un cercle de pierres que la quête du Changeling commencera.

Un peu de féerie que diable !
Et oui, lorque l’on parle du petit peuple, le mal n’est jamais très loin….
 Alors que les légendes se perdent, que l’homme grignote l’espace de la lande et de l’imaginaire, que le monde moderne gagne chaque jour, drainant peu à peu les hommes vers la ville et la révolution industrielle, nous suivons la vie de Scrubby. Est-ce à cause de lui ou grâce à lui que les choses se déroulent ? Je n’ai pas encore la réponse au vu des 2 tomes parus, mais vous imaginez sans peine que si les fées ont procédé à un échange, cela n’est pas pour rien.
Le premier épisode nous met en présence de tous les personnages visibles et invisibles même si nous manquons parfois d’informations les concernant, ce n’est qu’une première approche. Ce volume vaut davantage pour son évocation de la lande, forêt, personnages magiques et naturelles que l’on peut opposer aisément au Londres du XIXème siècle que tout oppose : misère, proximité, noirceur des paysages et des personnages, peur…  dans le second volume. Cela nous permet de mieux saisir les changements dans la vie de Scrubby, Sheila et leurs anciens voisins du Dartmoore lorsqu’ils sont obligés de se rendre à Londres pour vivre, ou plus exactement survivre pour ces anciens paysans qui se retrouvent sous terre, un univers inconnu au niveau de leur travail comme dans leur quotidien.

Les contrastes s’enchaînent tout au long des aventures de Screemy, nous faisant passer du chaos au monde magique. C. Dickens et JM Barrie avec Peter Pan nous semblent bien proches. Confiant dans le scénariste, nous suivons les drames de notre jeune héros en conservant l’espoir sous jacent. Le mal ne peut l’emporter, même si la mort est bien souvent au rendez-vous, si affaibli que soit le monde des fairies, l’espoir n’est pas perdu.
La poésie reste présente à chaque page même dans Le croque-mitaine, beaucoup plus sombre où le « diable » (l’homme étrange à l’allure inquiétante, maître de la chute de Dartmoore, selon toute vraisemblance) prend davantage d’ampleur. Le travail dans les mines est l’occasion de rencontrer d’autres personnages humains et magiques.
J’attends la suite ….

Une mise en images de quelques pages du 1er volume.
Quelques avis glanés ici et .

Publicités