Illustration de Michel Koch pour Les Imaginales d’Epinal

Peu de choses nouvelles à vous raconter suite à la dextérité de Fashion afin de vous faire un compe rendu de notre journée à Epinal. Néanmoins, comme elle a su garder le silence sur nos achats, je viens ici vous prouver combien je fus sage au cours de cette courte journée lol
Bref récapitulatif pour les poissons rouges :
Nous partimes dès l’aube sur nos fiers destriers... Pardon j’écris ces lignes juste avant le déjeuner et le manque de sucres doit me faire divaguer :s Je reprends :
Nous partimes très tôt par une matinée brumeuse sur la capitale grâce à une ligne de chemin de fer remise au goût du jour récemment, ce qui nous permis de ne guère voir le temps passé (+ quelques bavardages futiles et d’autres bien moins, mais j’avoue tout), et trouvant le soleil dès notre arrivée. Panneaux d’orientations nous attendaient à la gare, mais mes deux comparses ayant déjà testé pour moi l’itinéraire, je n’eus plus qu’à les suivre. Fort heureusement car le fléchage reste néanmoins succint, et les Imaginales se déroulant au fonds du parc, rien de visible depuis l’entrée.
Ah un espace conviviale ! Il vous faut imaginer une grande « tente » blanche, un espace où vous pouvez cotoyer tous les auteurs/illustrateurs présents. Où des livres d’autres éditeurs s’égarent (échange de découverte et de bons moments). Bref vous l’aurez compris, ces Imaginales restent accessibles comme les personnes ayant fait le déplacement.
Merci à tous ceux avec qui nous avons échangé, qui nous ont consacré du temps !
Je sais, je sais (les achats ! les achats !), j’y viens.
Voilà :

Comment cela, ce n’est pas possible ! Si, si. Karine 🙂 a expliqué que pour compter dans nos achats un certain nombre de critères devaient être pris en compte. Donc acte.
Ah je dois réellement être honnête ? Bon d’accord :

Si c’est vrai ! Seuls ces deux livres doivent être comptabilisés puisqu’ils coûtent plus de 10€. J’avais enlevé celui d’Anne-Marie Garat cf sa présence peu explicite, mais qui fut enchanteur tant sa passion pour raconter ses livres est communicative.

Qu’est-ce-que j’entends ? Je me moque! Me voici dénoncer par mes deux acolytes. Ca y est vous êtes satisfaits ?

Oui, je sais. Je suis très raisonnable :-D.

Publicités