Les plantes qui puent, qui pètent, qui piquent / Lionel Hignard et Alain Pontoppidan. Illustrations de Yann Le Bris. Gulf Stream (Dame nature), 2008. 83 pages
Introduction :
Les plantes ne bougent pas ne parlent pas et pourtant elles s’expriment. Leur mode d’expression très particulier est incompréhensible pour nous. Pourquoi certaines d’entre elles répandent une odeur effroyable, d’autres griffent ou bien crachent sur les passants ? Tous ces comportements bizarres ont un sens que ce livre va dévoiler. (…)
La plupart des plantes [présentées] sont assez communes, si bien que nous n’y prêtons pas attention. Ce sont souvent des mauvaises herbes que nous avons tendance à piétiner ou arracher parce qu’elles piquent, sentent mauvais ou s’accrochent à nos vêtements. Pourtant ces discrètes compagnes, aux noms populaires imagés presque oubliés aujourd’hui, ont nourri bien des légendes. Après avoir lu ce livre, vous ne pourrez plus regarder de la même façon la ronce, le pissenlit ou les chardons !

Comment apprivoiser les chères têtes blondes (et les plus âgées ;-D) à découvrir la nature sous toutes ces formes, même celles qui nous semblent les moins sympathiques ?
Un titre accrocheur, non seulement aux yeux des plus jeunes mais aux notres également. (Non ? Si c’est le cas, merci de vous dénoncer). En jouant avec l’humour, en illustrant le propos à l’aide de dessins précis sans être techniques permettant d’identifier la plante dont il est question ; ajoutez un zeste d’explications, d’histoires, des textes ni trop longs, ni trop courts
(les inconditionnels pourront ensuite vous réclamer une encyclopédie :s), agrémentés d’illustrations faites pour sourire. Bref de quoi satisfaire le plus grand nombre.
Planche de présentation trouvée sur le site de l’éditeur
– c’est toujours beaucoup plus parlant même si pue lisible ici -.

Je n’ai plus huit ans depuis longtemps, mais l’esprit doit demeurer car je me suis plongée avec joie dans cette série documentaire sur les plantes ordinaires.
Regroupée par 3, sous 9 grandes classes :

– Les plantes qui saignent et qui coulent,
– Les plantes qui puent
– Les plantes qui collent et qui poissent
– Les plantes qui pètent
– Les plantes qui crachent et qui pleurent
– Les plantes qui se cramponnent
– Les plantes qui piquent et qui brulent
– Les plantes qui griffent
– Les plantes qui griffent

Le dernier chapitre intitulé Les autres plantes présentent 9 autres plantes et nous invitent à regarder autour de nous toutes celles qui nous entourent.
Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir La grande éclaire (j’adore les noms même si les noms régionaux, communs et latins sont également donnés pour chacune*) que je connaissais par expérience personnelle : hé oui les croyances populaires s’avèrent parfois véridiques, car enfant, ma mère avait utilisée cette plante pour m’aider à me débarasser des verrues que je refusais de confier à un dermatologue, trop effrayée par les expériences réelles ou imaginaires racontées par mes camarades de classe.
*Connaissez-vous le Cornichon d’âne ? Non ! Vite pages 46-47, vous apprendrez que les fruits de cette plante ressemblent un peu à des cornichons ventrus. Et l’âne me direz-vous ? Et bien je vous laisse découvrir la suite de l’histoire :))

Un livre que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvir, que je vais continuer à regarder en me promenant à la campagne, soumettre également à de plus jeunes ou plus anciens lecteurs que moi même.
Le catalogue de l’éditeur comporte bien d’autres trésors. J’ai hâte d’être au mois de mai afin d’acquérir : « Les bêtes qui crachent, qui collent, qui croquent à la mer » et je sais déjà vers quelles petites mains avides il va se retrouver.

Publicités