Pfft grâce à une dame Kulturelle qui ne peut s’empêcher d’éclater de rire et de partager ses informations, vous savez quasi tous que j’ai découvert : TWILIGHT !
Comme Fashion vous a fait une version courte, voici la version longue…

Bien entendu que j’avais entendu parler de la saga vampire de Stephenie Meyer !! Les parisiennes s’épanchaient sans vergogne, et pas seulement dans leurs billets, mais bon … je me disais qu’à l’occasion cette série allait un jour ou l’autre atterrir dans ma PAL. Pas de précipitation et puis bon les histoires de vampire, je connais. J’en ai lu et vu pas mal. Alors certainement pas de quoi casser 3 pattes à un canard.
J’ai lu avec bonheur les billets de Karine et Pimpi, me suis amusée et me suis dit que j’irai certainement voir cette daube (aie !! pas taper ! La suite va vous prouver que souvent femme varie).

Avec dame Chiffonnette, nous avons décidé de nous rendre à une séance lors de la sortie de ce film  (arghhh , * soupir* que du bonheur !!!)

Oui vous avez bien lu… J’avais beau avoir vu les bandes annonces, avoir entendu et lu moult commentaires à propos de ce(s) livre(s), film, je venais les mains dans les poches. Et j’en suis ressortie RAVIE !!!
Oui je vous le concède pour beaucoup cela ressemble à une gentille bluette, mais j’ai été fort surprise de retrouver les images des premiers émois amoureux, du désir … Bref j’étais sous le charme et n’ayant pas lu, je n’avais pas de point de comparaison donc j’étais certainement bien moins déçu que beaucoup d’entre vous.
Bien entendu ce film  a des défauts, et suis entièrement d’accord avec Fashion et Stéphanie sur bien des points dont l’excès de maquillage notamment.
J’aime beaucoup Carlisle, mais sa première apparition à l’hôpital est très bof, bof.
La scène du ventilateur m’a fait aussitôt songer à Karine et éclaté de rire.

Mon enthousiasme était tel que nous avons papoté avec Chif’ et j’ai appelé Fashion dans la foulée pour lui réclamer ses livres et lui crier combien j’étais tombé en pamoison devant ce film.
Je vous laisse imaginer son rire à m’entendre. Tout de l’ado…. (m’en fiche * re-soupir*).

Rentrée chez moi je suis allée relire les billets des bloggueuses et ai déniché sur Internet « Midnight Sun ».  Même incomplet, je découvrais des éléments que je n’avais pas compris et cela me donnait envie de retourner fissa au ciné et,… de lire… la saga.

God bless Stéphanie qui samedi est venue à mon secours, apportant avec elle les 2 premiers volumes. :))
Et voilà nous arrivons au coeur de ce billet (bah oui je l’ai mis dans la catégorie Lectures et pas Papotages, même si…)

Fascination / Stephenie Meyer. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Luc Rigoureau. Hachette Jeunesse, 2007. 524 pages
Bella, seize ans, décide de quitter l’Arizona ensoleillé où elle vivait avec sa mère, délurée et amoureuse, pour s’installer chez son père, affectueux mais solitaire.
Elle croit renoncer à tout ce qu’elle aime, certaine qu’elle ne s’habituera jamais ni à la pluie ni à Forks où l’anonymat est interdit. Mais elle rencontre Edward, lycéen de son âge, d’une beauté inquiétante. Quels mystères et quels dangers cache cet être insaisissable, aux humeurs si changeantes ? A la fois attirant et hors d’atteinte, au regard tantôt noir et terrifiant comme l’Enfer, tantôt doré et chaud comme le miel, Edward Cullen n’est pas humain.
Il est plus que ça. Bella en est certaine. Entre fascination et répulsion, amour et mort, un premier roman. fascinant.

Que vous dire que vous ne sachiez déjà ? Je l’ai dévoré. Oui, une nouvelle fois, j’ai retrouvé mes émois d’adolescente, me suis retrouvée comme une midinette (c) à vouloir poursuivre ma lecture, m’enflammer pour le jeune premier (alors que la vision de Robert Pattinson dans le rôle titre ne m’avait pas émoustillé de prime abord) si craquant dans l’écriture de Stephenie Meyer.
Bien entendu cette histoire est une histoire d’amour mais elle a eu l’intelligence d’ajouter sa touche personnelle avec cette idée de vampire, l’idée d’attraction – répulsion de tout adolescent aspirant à connaître l’amour tout en étant effrayé par l’inconnu. Néanmoins prêt, tout comme Bella, à tout pour assouvir son désir, au mépris des dangers et obstacles. La différence et les obstacles étant un corollaire à tout cela.
Rien n’est épargné à nos amoureux : jalousie des amis, de membres de la famille. Et la présence du danger tout comme la résistance d’Edward a ne pas mordre Bella,  dans ses élans passionnels sont absolument irrésistibles.
Pour tout vous dire, j’ai lu d’une traite ce volume, sachant que le lendemain je retournais voir le film et que je voulais le voir avec une oeil totalement différent.

Connaissant l’histoire et l’ayant déjà vu j’ai mieux compris le sourire et le demi-rire d’Edward lors de leur première rencontre à la cafétaria.
J’ai vu les fleurs dans la scène de la clairière ainsi que la transition dans le paysage au cours des premiers plans : on passe d’un paysage vallonné mais aride à  un paysage montagneux et neigeux (on ne rigole pas derrière son ordi, non mais…).
Le maquillage m’a moins choqué sauf la scène de l’hôpital et une autre dont je ne parviens pas à me souvenir, où Edward est à moitié vert tant la couleur est laide. (Je sais, c’est une bonne excuse pour y retourner, non ?)
J’aime toujours autant les scènes familiales : dans la maison des Cullen, le match etc..
Je me suis toujours autant amusée à les voir arriver ensemble au Lycée, lui avec ses Ray-Ban :))
Bien entendu, je n’ai pas ressenti le même émoi lors du baiser, mais….
j’ai néanmoins soupiré, dixit Stéphanie, à d’autres moments du film – MIDINETTE for ever !!! –

Tentation / Stephenie Meyer. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Luc Rigoureau. Hachette Jeunesse, 2007. 571 pages
 » Tu ne me reverras plus.
Je ne reviendrai pas. Poursuis ta vie, je ne m’en mêlerai plus. Ce sera comme si je n’avais jamais existé.  » Rejetée par celui qu’elle aime passionnément, Bella ne s’en relève pas. Fascinée par un vampire, comment pourrait-elle retrouver goût à la pâle existence humaine ? Pourtant il faut vivre. Mais Bella n’a de goût pour rien, sinon le danger : alors elle entend la voix d’Edward, et éprouve l’illusion de sa présence.
Comme s’il ne l’avait pas abandonnée, comme s’il ten
ait encore à elle. Bella échappera-t-elle à cette obsession amoureuse qui la hante ? A quel prix ?.

Après les premiers émois amoureux, voici que déjà S. Meyer nous jette dans les affres de la séparation.
Bella est tétanisée par sa rupture : elle n’est plus qu’un zombie, l’ombre d’elle-même et vous ressentez sa souffrance comme tout personne ayant vécue une rupture qui vous a fait imaginer que vous ne vous relèverez jamais. La différence chez elle est rendue par une souffrance physique qui perdure en dépit des mois qui s’écoulent. Mais le piège à catastrophe qu’elle est va lui permettre de commencer à se relever et d’aller au-devant de nouveaux problèmes, tout en elle n’est qu’aimant à situations inédites et fantastiques.

Les retournements  de situation sont bien faits, l’auteur sait doser notre attente.
J’attendais l’omniprésence de Victoria dans ce second volume, mais elle n’apparait qu’en filigrane, déclenchant de nouveaux éléments autour de Bella.

Je suis ravie de cette lecture et attends avec impatience de la poursuivre (Stéphanie, help !!! As-tu retrouvé le 3ème volume ?).
En attendant le prêt de Hésitation, je viens d’acquérir Révélation.
Vais-je résister ?

Et… Oui, je le revendique, une nouvelle fois :

Je suis une midinette ! :))


A lire absolument : Le billet de Nezdepapier


Publicités