Vraiment je ne peux que me joindre aux éloges que j’avais entendu concernant le dernier opus de Dennis Lehane. Bien entendu, certains vont sourire en se disant que je manque d’objectivité étant une inconditionnelle. Mais non, je vous assure, je sais dire lorsque non, vraiment cela ne passe pas. Ainsi, pour moi le dernier Chesbro est un grand fourre tout, quasi vide de sens, très décevant.
Mais là… Chapeau…
Ces 2 précédents étaient déjà de belles réussites, mais celui-ci gagne tous les suffrages. Lehane parvient à se renouveler dans ce roman de manière magistrale.  Il s’éloigne de sa ville, nous fait découvrir de nouveaux personnages loin de ceux que nous avons eu l’habitude de découvrir sous sa plume.
Il pousse fort loin, retournant son personnage principal comme une crèpe sous nos yeux quasi incrédules. Il sait nous entraîner dans les méandres de la folie de cette île où tout un chacun semble cacher de terribles secrets, ou chaque personnage semble être « bon pour l’asile » selon les critères de notre société. Ne dit-on pas que l’isolement entraîne vers la folie, l’homme étant sujet à tomber dans ses travers…  même si le personnel pénitentiaire et médical est important à Shutter Island, la folie semble guetter les uns les autres au contact de ces dangereux criminels, et le comportement du directeur, des psychiatres ne sont pas là pour nous rassurer. Et quand la nature s’en mêle, tout devient possible dans notre imaginaire tout comme dans les ramifications dans lesquelles nous entraîne l’auteur.
Les éléments naturels est un personnage clé dans la structure du scénario, c’est un protagoniste à part entière. Mais, je ne puis vous dire davantage…

Shutter island / Dennis Lehane. Traduit de l’anglais par Isabelle Maillet. Rivages thriller, 2003. 287 pages.
Nous sommes dans les années cinquante. Au large de Boston.. sur un îlot nommé ‘Shutter Island » se dresse un groupe de bâtiments à l’allure sinistre. C’est un hôpital psychiatrique dont les patients, tous gravement atteints, ont commis des meurtres. Lorsque le ferry assurant la liaison avec le continent aborde ce jour-là, deux hommes en descendent : le marshal Teddy Daniels et son coéquipier Chuck Aule. Ils sont venus à la demande des autorités de la prison-hôpital car l’une des patientes, Rachel Solando, manque à l’appel. Comment a-t-elle pu sortir d’une cellule fermée à clé de l’extérieur ? Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Oeuvre incohérente d’une malade ou cryptogramme ? Au fur et à mesure que le temps passe, les deux policiers s’enfoncent dans un monde de plus en plus opaque et angoissant, jusqu’au choc final de la vérité.

Merci Fashion !

Publicités