… en ce moment pour vous parler de « Ces petites choses » reçu dans le cadre d’une  opération promotionnelle pour Le Livre de Poche.
 J’espère que vous avez encore du souffle et n’êtes pas encore par trop lasser de nos avis (divergents ? – je n’ai fait que les survoler, attendant d’avoir écrit ce billet avant de me plonger plus avant dans les lectures environnantes des blogs-). Voici donc mes impressions sur ledit ouvrage.

Ces petites choses / Deborah Moggah. Traduit de l’anglais par Jean Bourdier. Editions de Fallois, 2007 (Le Livre de Poche).407 pages.
Délocaliser les vieillards ! C’est l’idée lumineuse qui va sauver le docteur Ravi Kapoor, un médecin londonien épuisé par son travail quotidien et par les soucis que lui cause son insupportable beau-père, Norman Purse, un vieux bonhomme égoïste, sans-gêne et, de surcroît, obsédé sexuel. Déjà expulsé de toutes les maisons de retraite convenables, Norman semble impossible à caser. C’est alors qu’un cousin de Ravi, un dynamique homme d’affaires, projette de créer en Inde une chaîne de maisons de retraite très « Vieille Angleterre », où des Britanniques d’âge avancé pourraient retrouver, au soleil et dans la paix, les mœurs et l’atmosphère de leur jeunesse. Dans la grande tradition de la littérature satirique anglaise, Deborah Moggach met en scène avec humour et tendresse ce petit monde dépassé par le temps, mais qui ne va pas tarder à découvrir que la vie peut encore apporter d’étranges bonheurs.

J’avais trouvé le sujet original et étais impatiente de découvrir comment l’auteur avait traité ce sujet, qui plus est avec l’humour anglais. Les premiers chapitres ne m’ont pas déçu. Se posait des problèmes de notre société : le malaise propre à notre système santé, la question de la gestion des retraites et la place des personnes agées dans notre société. Ma lecture était agréable et j’étais par avance ravie. Malheureusement la présentation des protagonistes les montrant dans leur vie avant leur installation en Inde, si elle donne bon nombre d’informations sur eux a failli me laisser tomber le livre des mains. Mais où diable l’auteur voulait-elle nous emmener ?
Une fois notre fine équipe rassemblée en Inde, j’ai trouvé la suite des événements assez vide, j’ai longtemps cherché l’humour, et ne suis pas parvenue à m’attacher à l’un ou l’autre des protagonistes qu’il soit indien ou anglais.
Sans doute le trop grand nombre de personnages, le suivi des problèmes des enfants des résidents, des histoires dont on voit le résultat bien avant que l’auteur ne l’écrive fait que je ne suis pas parvenue à être totalement prise par cette lecture.
Bref un sujet très actuel, une belle idée de départ mais qui, à mes yeux, ne parvient pas à faire de ce livre un tout qui m’enthousiasme. J’ai dû, une nouvelle fois en attendre trop après avoir lu la quatrième de couverture.

D’autres avis afin que vous puissiez vous décider à le lire ;-D Tamara, Insatiable lectrice, PralineYueyin, …


Merci à
Amanda !

Publicités